Les rayons lumineux perçaient la voûte des grands sapins en éclairant faiblement par endroits le sol moussu parsemé de branches mortes et de pommes de pin. Quelques oiseaux faisaient entendre leurs chants qui couvraient à peine le bourdonnement incessant des moustiques et autres insectes ailes. Près d’une branche de sapin une grosse mouche vrombissait des ailes en essayant de se dégager d’une toile translucide et gluante. à quelques mètres de là un écureuil enterrait un babet.,. il grattait le sol moussu avec ses pattes avant prévoyant un hiver rude. Soudain mut par son instinct sauvage nécessaire a sa survie dans cette foret contrée hostile, il se redressa humant l’air, les oreilles aux aguets du moindre bruit suspect.

ecureil1

Sa petite tete aux yeux vifs regarda à droite à gauche . il présentait quelques dangers mais la tentation des babets devant lui fut la plus forte. guère plus loin dans la pénombre sous une branche deux yeux ovales le regardaient fixement. Un lynx était blotti la les muscles bandes les yeux fixes sur le petit rongeur, calculant le moment propice à son attaque .

total_28112008_203858

l’écureuil avançait vers le gros babet devant lui, le félin des bois allait s’élancé sur sa proie lorsque soudain un bruit sourd retenti détournant l’attention des deux protagonistes . un homme car il s’agissait bien d’un homme malgré sa haute taille courait a toute vitesse à travers la foret sans se soucie du bruit qu’il faisait et des branches qu’il brisait sur son passage . A cela il était reconnaissable que l’homme ne chassait pas mais fuyait une menace .

cap008

mais ni l’écureuil ni le lynx ne se posèrent cette question , l’écureuil sauta sur la première branche et le lynx disparu prestement dans la pénombre des fourres et les ronces qui parsemaient le sous bois.

*

*     *